L’Humain d’Abord ! Au coeur de la république

Éric Bocquet

Michelle Greaume Découvrir la sénatrice
Actualité

Chronique

Banque au pouvoir, pouvoir des banques

La chronique d’Eric Bocquet - 27 avril 2018

Il y a quelques jours, le journal Les Echos consacrait trois pages complètes, rien de moins, à un évènement d’importance au sein d’un pilier du capitalisme français, j’ai nommé la banque Rothschild.

En effet, David de Rothschild transmettra les rênes de la banque à son fils Alexandre, le 17 mai prochain, le père était bien sûr une grande figure du monde des affaires européen, devenu, selon le quotidien économique du groupe LVMH, le partenaire incontournable des dirigeants du CAC 40…

A l’âge de 37 ans, Alexandre s’apprête à devenir le dépositaire de l’héritage familial en tant que représentant de la septième génération de la famille. Oui du lourd, du sérieux ! L’article nous précise que jamais la banque n’a été aussi rentable qu’en 2017. A vrai dire les amis, nous n’avions guère d’inquiétude quant à la « solidité » de cet établissement bancaire.

Le jeune héritier inspire déjà confiance dans les milieux autorisés tant il s’est préparé avec sérieux à son futur métier. En 2005, par exemple, il a fait un passage chez « Bank of America ». La vénérable banque Rothschild and Co a deux siècles d’histoire, avec une branche anglaise et une branche française.

La banque Rothschild a même survécu, le 30 octobre 1981, à la loi qui nationalisa la prestigieuse banque, c’était l’époque furtive où il s’agissait encore de « changer la vie ». Cette épreuve fut vécue par la famille comme un véritable cataclysme et ce ne sont pas les 500 millions d’indemnités qui consoleront les actionnaires.

Un paragraphe de l’article ne manque pas de sel : « Une banque proche du pouvoir ». Citons le « De Georges Pompidou, qui travailla près de 10 ans au service des frères Rothschild dans les années 1950 à Emmanuel Macron, plus jeune associé gérant de la banque avant de devenir secrétaire général adjoint de l’Elysée en 2012, la maison a toujours cultivé des liens étroits avec le pouvoir, liens naturels, intimes et surtout plus forts que les bouleversements politiques ». Les aléas de la politique passent, la force du réseau demeure. Ceci nous amène à relativiser terriblement la notion de démocratie.

Rothschild a souvent été l’antichambre du pouvoir. La puissance d’une banque en chiffres, la richesse déclarée de la famille est 5 fois plus élevée que la richesse combinée des 8 premiers milliardaires individuels au monde.

Un jour, un journaliste rappela à M. Macron, devenu Président, son passé de banquier, il répliqua un brin agacé que ces années lui permettaient de connaître la « grammaire » des banquiers. Il en connaît aussi le lexique, la syntaxe et la philosophie, voyez les histoires qu’il nous raconte !