L’Humain d’Abord ! Au coeur de la république

Éric Bocquet

Michelle Greaume Découvrir la sénatrice
Actualité

Communiqué

Emmanuel Macron doit renoncer à sa tentative de réhabilitation de Philippe Pétain

Michelle Gréaume et Eric Bocquet, ainsi que les sénatrices et sénateurs du groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Ecologistes, n’acceptent pas la tentative de réhabilitation de Philippe Pétain, chef de l’État français de Vichy, par Emmanuel Macron lors d’un déplacement organisé pour célébrer le centenaire de la fin de la Guerre de 1914-1918.

Affirmer aujourd’hui que cet homme fut « un grand soldat », c’est oublier bien vite qu’il fut frappé d’indignité nationale le 15 aout 1945 du fait de sa collaboration active et décisive avec l’occupant nazi, et déchu dans ce cadre de son grade de maréchal.

Emmanuel Macron, dans sa déclaration, se prévaut à nouveau de sa « pensée complexe ». Mais il n’y a rien de complexe dans la place occupée dans l’histoire de France par Pétain.

En 1917, il fut de ceux qui envoyèrent au peloton d’exécution les soldats qui n’en pouvaient plus de cette boucherie effroyable, dépourvue de sens, et refusaient de tirer sur leurs frères des tranchées d’en face.

En 1940, il prit la tête de la soumission au régime nazi et décida, toléra, et couvrit les exactions commises par la police de Vichy et la sinistre milice. Pétain, faut-il le rappeler à monsieur Macron, fut responsable de l’arrestation, puis de la déportation, de dizaines de milliers de Juifs, et participa à la répression sanglante contre la Résistance française.

Emmanuel Macron se trompe d’Histoire, et réécrit son propre roman national. 14-18 est une page terrible de l’histoire de notre pays qui n’épargna pas un village, pas une famille de France. Ce que nous devons célébrer aujourd’hui, c’est la souffrance d’un peuple, son sacrifice et certainement pas un maréchal qui marqua, par la suite, d’infamie l’histoire de notre pays.

Michelle Gréaume et Eric Bocquet, ainsi que les sénatrices et sénateurs du groupe CRCE demandent solennellement au Président de la République, par respect pour ceux qui, dans l’ombre ou la lumière, furent les victimes de Philippe Pétain, de revenir sur ces propos et de rétablir la vérité.