L’Humain d’Abord ! Au coeur de la république

Éric Bocquet

Michelle Greaume Découvrir la sénatrice
Actualité

Question écrite

Réhabilitation des fusillés pour l’exemple lors de la Première Guerre mondiale

M. Éric Bocquet attire l’attention de Mme la ministre des armées sur l’opportunité de la réhabilitation des « fusillés pour l’exemple » de la Première Guerre mondiale.

Depuis 2014, nous célébrons partout en France, le centenaire de la Première Guerre mondiale. Il y a un siècle, notre monde fut durement frappé et ébranlé par cette guerre tragique qui fit, malheureusement, plusieurs millions de victimes civiles et militaires.

sur l’opportunité de la réhabilitation des « fusillés pour l’exemple » de la Première Guerre Mondiale. En France, 2 400 poilus auront été condamnés à mort et environ 600 furent fusillés pour l’exemple, eux qui furent sacrifiés sur l’autel de de la discipline et de l’exemplarité.

Autant d’exécutions justifiées à l’époque par des refus d’obéissances, des abandons de poste devant l’ennemi, ou encore des mutilations volontaires pour ne citer que ces quelques exemples. Et ce, de manière purement arbitraire et expéditive.

Cependant, il s’agit de remettre les choses en perspective et notamment la vie effroyable des tranchées, les bombardements incessants, la cruauté extrême et l’horreur des conditions dans lesquelles se trouvaient les soldats.

Des centaines d’innocents furent ainsi fusillés parce qu’ils n’avaient notamment plus la force physique et mentale de supporter ces conditions horribles : quelle inhumanité et quelle injustice.

Le gouvernement britannique a, en 2006, par voie législative, réhabilité les 306 soldats britanniques « fusillés pour l’exemple » de la Première Guerre mondiale.

Aujourd’hui, dans le cadre du centenaire de cette Première Guerre, il s’agit de réhabiliter leur mémoire, de laver leur honneur, et cela ne peut souffrir d’aucune polémique. Notre République et notre Nation tout entière s’en grandiraient.

C’est pourquoi il lui demande quelles dispositions compte prendre le Gouvernement pour une réhabilitation générale et collective de ces soldats.