L’Humain d’Abord ! Au coeur de la république

Éric Bocquet

Michelle Greaume Découvrir la sénatrice
Actualité

Question écrite avec réponse

Suppression de 4 000 postes envisagés à Pôle emploi

M. Éric Bocquet attire l’attention de Mme la ministre du travail sur les 4 000 suppressions de postes envisagées à Pôle emploi dans les trois prochaines années, au regard, notamment, de la baisse du nombre de demandeurs d’emplois.

En la période et au vu de la conjoncture, où l’on compte plus de 5 621 000 personnes sans emploi, le simple fait de penser et d’évoquer des suppressions de poste au sein de l’opérateur public est un non-sens caractérisé.

Dans une émission de France Inter, le 27 avril 2018, elle a évoqué le fait que « si le chômage baisse (...) il est logique qu’il y ait moins besoin d’accompagnement ».

Ces propos ont été renforcés le 5 mai 2018 par l’intervention du directeur général de Pôle emploi, souhaitant sur la même onde que « si le chômage continue de baisser, on puisse en tirer les conséquences sur les effectifs de Pôle Emploi ».

C’est là un véritable coup de canif dans le pacte social, d’autant que l’on sait que les demandeurs d’emplois se plaignent, à raison, du manque d’accompagnement individualisé et que les salariés de Pôle emploi, eux, sont surchargés avec plusieurs centaines de personnes à suivre par conseiller.

« Faciliter l’emploi. Telle est la mission et l’ambition de Pôle emploi » est-il indiqué sur le site internet de l’opérateur. Pas de supprimer des postes et renforcer les chiffres du chômage ! L’annonce de la réduction des effectifs s’éloigne ainsi de la belle ambition affichée.

Il faut arrêter de s’inscrire dans les politiques d’austérité qui, une nouvelle fois, vont déshumaniser encore un peu plus un service pourtant si essentiel.

C’est pourquoi il lui demande de confirmer ou d’infirmer la réalité des chiffres de suppression de postes annoncés mais aussi et surtout quels moyens seront déployés dans les années à venir pour que les demandeurs d’emploi puissent bénéficier d’un vrai service public de l’emploi efficace et de qualité.

Réponse de Mme la ministre du travail

Conformément aux orientations fixées par le Président de la République, le Gouvernement s’est engagé à réduire d’ici 2022 les déficits publics dans le respect des obligations de la France au niveau européen.

Le ministère du travail se doit, à l’instar de l’ensemble des ministères, de contribuer à son niveau à l’effort de maîtrise de la dépense publique, dans un contexte de reprise de l’activité économique, mais également d’intégrer la qualité du service rendu par Pôle emploi.

À ce titre, de la même manière que la hausse du chômage a donné lieu à un renforcement très significatif des moyens de Pôle emploi (recrutement de 2 000 CDI en 2012 et de 2 000 CDI en 2013), l’évolution des effectifs de Pôle emploi doit naturellement être articulée avec l’évolution du chômage (nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi) dans les années à venir, cette évolution ayant un impact sur la charge de travail des conseillers.

Des réflexions sont en cours à ce stade sur différents scénarios d’évolution. En outre, des gains de productivité sont attendus au sein de Pôle emploi, grâce notamment à la mise à disposition de nouveaux outils numériques.

Ces évolutions liées à la baisse du chômage et aux gains de productivité permettront ainsi à Pôle emploi à la fois de répondre aux nouveaux enjeux liés à la mise en œuvre du programme présidentiel (notamment l’ouverture de l’assurance chômage aux démissionnaires et aux indépendants) et de contribuer à l’effort de maîtrise de la dépense publique.