L’Humain d’Abord ! Au coeur de la république

Éric Bocquet

Michelle Greaume Découvrir la sénatrice
Actualité

Communiqué - Une décision historique

Le Conseil Constitutionnel valide le référendum d’initiative partagée sur la privatisation d’ADP

C’est une décision historique  : le Conseil Constitutionnel a validé hier la proposition de référendum d’initiative partagée sur la privatisation d’ADP, proposition issue de 248 parlementaires dont les sénateurs du groupe CRCE font partie.

Michelle Gréaume et Eric Bocquet, avec l’ensemble des sénatrices et sénateurs du groupe communiste républicain citoyen et écologiste, se félicitent de cette décision historique qui permettra au peuple de décider ou non de la privatisation de ce bien public qu’est le groupe Aéroports de Paris, et cela alors que le gouvernement avait fait fi de l’opposition inédite du Sénat  !

Loin d’un coup politique, il s’agit pour les 248 signataires de cette proposition de loi, dont l’ensemble des élu-e-s du groupe CRCE du Sénat et du groupe GDR de l’Assemblée nationale, de mettre un frein au bradage d’infrastructures essentielles pour notre pays, qu’il s’agisse des autoroutes hier, d’ADP aujourd’hui et des barrages hydrauliques demain.

Cette décision est une première victoire qui suspend de fait la privatisation de cette infrastructure stratégique que le gouvernement voulait rapide.

Le Ministre de l’Intérieur doit désormais ouvrir, au plus vite, la procédure permettant aux citoyens, durant 9 mois, de demander un référendum sur cette privatisation controversée.

Le gouvernement, et plus particulièrement le Ministre de l’Intérieur dont c’est la responsabilité, doit créer les conditions du débat le plus large possible et faciliter au mieux le recueil des signatures.

Michelle Gréaume et Eric Bocquet, avec l’ensemble des parlementaires du groupe CRCE, s’engagent dès aujourd’hui dans une action qui peut s’avérer historique contre le bradage de biens publics aux intérêts privés.

Ils appellent au rassemblement le plus large dans ce mouvement qui peut mettre un coup de frein sinon un coup d’arrêt à la politique ultralibérale du Président Macron et de sa majorité.