L’Humain d’Abord ! Au coeur de la république

Éric Bocquet

Michelle Greaume Découvrir la sénatrice
Actualité

Commission des Finances

Questions au Gouverneur de la Banque de France, lors de son audition annuelle au Sénat

En Commission des Finances ce mercredi 15 janvier, se tenait l’audition annuelle du gouverneur de la Banque de France, M. François Villeroy de Galhau.
Eric Bocquet a souhaité lui poser deux questions, l’une relative à l’effet potentiel sur l’économie d’une hausse globale des salaires, la suivante sur les dangers d’un assouplissement de la régulation bancaire.

Merci Monsieur le Président.

J’aurai pour ma part deux questions à vous soumettre.
La première sur la politique d’assouplissement quantitatif que la BCE mène depuis 2015, nous en sommes à 2 000 milliards d’euros injectés dans les circuits financiers, d’économies pour relancer l’économie nous dit-on. Et aussi pour garantir un taux d’inflation proche de 2%. A l’évidence, ce résultat n’a pas été atteint, c’est ce que tous les observateurs constatent régulièrement. Et hier dans les Echos, il y avait un article qui disait  : « Et si les salaires étaient le levier oublié pour ranimer vraiment l’inflation ». Ce titre m’a beaucoup interpellé, ce n’était pas dans l’Humanité mais bien dans les Echos. La question des salaires effectivement est centrale, nous pensons pour notre part qu’elle réglerait bien des sujets, y compris en termes de cotisations dans le débat du moment, et pour l’amélioration du sort de nos concitoyens. Ça, c’est annexe.
Quel est votre point de vue sur cette question, est-ce que vous pensez, qu’effectivement, la hausse des salaires, qu’on pourrait prendre en partie sur les dividendes abondants distribués l’an dernier, pourrait être une partie de la réponse, pas seulement à l’histoire de l’inflation, mais plus globalement au plan économique  ?

La deuxième question est relative à la régulation. La semaine dernière à l’Assemblée Nationale, une résolution a été votée par 96 députés, de la majorité et aussi des Républicains, appelant à un allégement de la réglementation de la régulation bancaire. Vous avez ré-évoqué les risques que certaines banques prennent encore aujourd’hui, vous avez parlé de certains dérives de certaines banques comme matière à l’octroi de crédit, et vous disiez aussi qu’il ne fallait pas avoir la tentation de l’oubli par rapport à la crise financière sévère qu’on a vécue en 2008, et dont on n’est pas tout à fait sorti des conséquences à mon avis, ça va durer.
Donc, est-ce qu’il est bien temps de déréguler aujourd’hui, comme le pense cette majorité de députés  ? Est-ce qu’au contraire, il ne faudrait pas davantage de régulation  ? Est-ce qu’il est temps de baisser la garde, sans jeu de mots  ?


Réponse de M. François Villeroy de Galhau sur la dérégulation bancaire  :


Réponse de M. François Villeroy de Galhau sur la hausse des salaires  :