Auditions en commissions

Audition en Commission des finances

Reconduction d’Éric Lombard à la direction générale de la Caisse des dépôts : un choix politique contestable

Eric Bocquet était en commission des finances ce mardi matin pour l’audition du candidat à la direction générale de la Caisse des Dépôts et des consignations, proposé par le président de la République, Éric LOMBARD.

Il en a profité pour interroger le candidat sur plusieurs questions.

Lire le texte de l’intervention d’Eric Bocquet

Merci Monsieur le Président.

Pour préparer cette audition, je me suis replongé dans quelques articles, dont un article des Echos d’avril 2022, que je vais me permettre de citer. Vous avez écrit Monsieur Lombart, je crois que c’est dans votre livre « Au cœur de la finance utile », un titre magnifique : « in fine le libéralisme profite toujours aux puissants ». Un peu plus loin « en allouant aux managers une part excessive de la richesse créée, les actionnaires ont repris le pouvoir qu’ils avaient perdu après la seconde guerre mondiale. Le capital a acheté le management à coups de bonus. Ne rien changer, c’est prendre le risque politique d’une révolution sociale ». Vous comprenez que ces termes font chauds à nos oreilles, et tellement vrais.

Et dans le prolongement et en écho de ces propos, je citerai également Monsieur Eric Monnet, lauréat du prix du meilleur jeune économiste l’an dernier. Il disait à propos de la Caisse : « C’est important que la Caisse des dépôts et BPI France soient utilisés pleinement pour protéger l’épargne populaire, financer le long terme, le développement régional, … et ne devienne pas des gestionnaires d’actifs prenant modèle sur les acteurs privés. Cela peut se faire par un retour à un modèle qui a porté ses fruits en France, en associant les parlementaires, les syndicats et le patronat dans les Conseils d’Administration de ces institutions ». Et vous savez, de ce point de vue, la gouvernance a évolué sensiblement.

Alors, on a quelques interrogations. Bon, ces affirmations nous intéressent, et on y adhère complètement, mais je vais citer également l’un de vos collègues, Monsieur Laurent Zylberberg, Directeur des relations institutionnelles européennes et internationales à la Caisse, qui dit : « les domaines d’investissement du Livret A pourraient être élargis. Il faut reconnaitre la capacité des investisseurs publics à dé-risquer des investissements, et à aimanter les autres investisseurs ».

Vous comprendrez que ces déclarations suscitent chez nous des interrogations : où est la ligne de la CDC ? Quelle est la philosophie ? Quelle est la feuille de route ?
La CDC, c’est un résultat net agrégé qui dépasse aujourd’hui les 4 milliards, on sait qu’on vit dans une économie largement et de plus en plus financiarisée, tout ça se développe à vitesse grand V, d’où les questions que nous avons souhaité vous soumettre, Pascal Savoldelli en a évoqué.

Pour ma part, j’aurai 3 petites questions :

  • Quels sont les leviers dont dispose la Caisse des dépôts pour accroître la construction des logements sociaux, dont on connait la crise aujourd’hui, qui n’est pas nouvelle ?
  • Plus fondamentalement, est-ce que vous reprenez l’engagement, aujourd’hui, que chaque euro de fonds d’épargne, c’est-à-dire l’épargne de nos concitoyen.ne.s, servira effectivement à financer le logement social et la politique de la ville ?
  • Et enfin, à propos du nouveau livret vert, avec une critique forte d’ailleurs de la part de notre ministre Bruno Le Maire du Livret Développement Durable et Solidaire, pourrait-il échapper aux fonds d’épargne et ainsi réduire la collecte du fonds d’épargne et ainsi finalement menacer le logement social ?

Eric Lombard lui a répondu partiellement, étant tenu par le temps :

Le communiqué du groupe CRCE

suite à cette audition

Reconduction d’Éric Lombard à la direction générale de la Caisse des dépôts : un choix politique contestable

En premier lieu, cette reconduction tardive proposée par l’Élysée, ne respecte ni les délais, ni les règles d’intérim que la majorité LREM avait pourtant fait voter dans la loi Pacte. De fait, M. Lombard n’aurait plus dû être directeur général depuis le décembre 2022. De plus, il ne pourra pas aller au terme de son mandat en raison du dépassement de la limite d’âge, ce qui menace directement le modèle de la Caisse des dépôts, institution garante de l’épargne des Français.

En second lieu, sous le dernier mandat de 5 ans, le groupe Caisse des dépôts a tendu à se constituer en un groupe financier « comme les autres », en multipliant les acquisitions et en développant ses filiales, tout en étant défaillant sur sa « raison d’être » : le financement du logement social grâce à l’épargne règlementée de nos concitoyennes et de nos concitoyens. Pire, ces échecs et des décisions politiques à venir mettent en péril directement le modèle de financement de l’habitat social laissant croire que la rémunération de l’épargne est inconciliable avec le financement des projets des bailleurs sociaux.

La Caisse des dépôts a pris part à des cessions d’actifs stratégiques (tel que le spécialiste en ingénierie Egis), s’adonne à des projets de fusions souhaités par Bercy (Véolia-Suez) ou l’intégration dans le champ du groupe d’entreprise publique pour des raisons politiques (La Poste). Ces décisions montrent la dérive de l’institution bicentenaire vers une doctrine d’actionnariat public, capitaliste.

Cela s’illustre notamment par les décisions stratégiques de La Poste tournées vers une logique de rentabilité – le récent abandon du timbre rouge est synonyme de la fin de la tournée quotidienne des facteurs dans tous les territoires – au détriment des intérêts des usagers et en s’éloignant de la notion de service public. La gouvernance de la Caisse des dépôts sur La Poste a encouragé le rachat de Stuart, une plateforme de l’ubérisation de la livraison expresse urbaine, la sous-traitance en cascade, et l’inexorable fermeture des bureaux.

Pour ces raisons, Éric Bocquet et Pascal Savoldelli, membres de la Commission des finances du Sénat ont refusé de cautionner cette nomination en ne prenant pas part au vote concernant la reconduction d’Eric Lombard au poste de Directeur général d’Éric Lombard.

Imprimer cet article

Sur le même sujet

Commission des Finances

Dernières vidéos

Cathy Apourceau-Poly - Groupe CRCE - QAG sur la réforme des retraites pour les femmes - 25-01-23 En savoir plus
Autorité des normes comptables : réponse du candidat à la présidence à Eric Bocquet - Com Fin Sénat En savoir plus
Autorité des normes comptables : audition du candidat à la présidence - Eric Bocquet - Com Fin Sénat En savoir plus
Eric Bocquet - ComFin - Financement des collectivités territoriales - Audition AMF et AMRF -18-01-23 En savoir plus
Eliane Assassi - Présidente Groupe CRCE - QAG Réforme des retraites + Réponse E. Borne - 18-01-23 En savoir plus

En direct

Une question ?