Auditions en commissions

Audition

Eric Bocquet entend le candidat aux fonctions de président de l’Autorité des normes comptables

La commission des finances examinait ce mercredi 17 février la candidature de Patrick de Cambourg aux fonctions de président de l’Autorité des normes comptables.

Eric Bocquet a souhaité lui poser quelques questions.

Lire le texte de l’intervention

Merci monsieur le président.
Je me suis replongé dans une audition à laquelle j’avais assisté en 2013, donc ce n’est pas l’Antiquité, c’est relativement récent, de votre prédécesseur, Monsieur Haas, que nous avions entendus.

Et je me souviens qu’à l’époque, il avait déjà pointé l’émergence d’une logique qui vient d’être abordée dans les interventions, anglosaxonne, enfin une logique comptable et financière anglo-saxonne, fondamentalement différente de la nôtre. Née à la Renaissance, confortée à l’époque des Codes Civils etc, d’origine latine, dans laquelle un bilan, c’est le décalage entre les gains et les pertes dans une entreprise.
Or monsieur Haas avait pointé à l’époque cet exemple qui m’avait frappé, que dans le système, la vision un peu anglo-saxonne de la finance, dans un bilan, on peut prendre en compte des éléments du futur, des gains potentiels. Et il avait insisté pour dire qu’on peut comptabiliser, enfin de son point de vue, que je partage, ce qui est effectivement dénoué. Bien faire la distinction entre ce qui est sûr, et ce qui est potentiel. Donc j’avais été un peu frappé par cette remarque, que je n’avais jamais perçue.

Est-ce que vous avez constaté une évolution durant votre mandat de ce point de vue ? Puisqu’on parle beaucoup de la prégnance de cette logique - et même le départ du Royaume-Uni effectivement n’enlèvera rien à l’influence de cette logique, qui peut se traduire d’ailleurs par… On a évoqué les grands cabinets mondiaux, on pense à PWC, Ernst & Young, KPMG…
Vous avez dit rapprocher les points de vue, alors est-ce que ce ne sont pas simplement ces grands cabinets là qui ont, au fil du temps, imposé une autre logique ?
Et pensez-vous qu’il pourrait y avoir un lien, mais là c’est vraiment au conditionnel, entre cette évolution dans les normes comptables et la crise financière qu’on a vécue en 2008 ?


La réponse de Patrick de Cambourg :

Imprimer cet article

Sur le même sujet

Commission des Finances

Dernières vidéos

Pierre Ouzoulias - QAG 17-02-21 - Les étudiants ont faim - Groupe CRCE En savoir plus
ComFin - Eric Bocquet - Sénat - Audition sur le thème Suivi de la conjoncture économique - 17-02-21 En savoir plus

Une question ?