Questions au gouvernement

Question d'actualité au Gouvernement par Pascal Savoldelli

Il faut rendre justice réparatrice et porter secours au peuple palestinien, tout en assurant la sécurité du peuple israélien, et la paix au Proche-Orient

Mercredi 29 mai 2024, Pascal Savoldelli s’est exprimé au nom du groupe CRCE-K au cours des questions d’actualité au Gouvernement sur la nécessité d’une reconnaissance internationale par la France d’un Etat Palestinien.

Un titre

Monsieur le Président,
Monsieur le Ministre,
Mes cher.e.s collègues,

Ma question n’a qu’un seul objectif : rendre justice réparatrice et secours au peuple palestinien tout en assurant la sécurité du peuple israélien.
Vous parlez du jour d’après, Monsieur le Ministre... Mais, il y a dix ans, le Parlement votait la reconnaissance de l’État palestinien. Le gouvernement de l’époque disait que la France le ferait le moment venu. Ce moment que vous jugez inutile est arrivé.
Le jour d’après, Monsieur le Ministre, c’est le moment des 36 000 victimes de guerre. C’est le moment de 60 enfants tués chaque jour. C’est le moment de 45 personnes brûlées vives à Rafah.
Rien n’a été fait depuis dix ans pour apporter la paix. Or un État, ce sont des frontières reconnues internationalement. C’est la fin de la colonisation ! On n’attend plus ce que la France va dire, mais ce qu’elle va faire. Comme 146 États, reconnaîtrez-vous l’État palestinien, pour construire une paix durable dans la région ?

M. Stéphane Séjourné, ministre de l’Europe et des affaires étrangères
Je crois avoir été clair sur le positionnement de la France. Encore une fois, nous travaillerons au Conseil de sécurité de l’ONU dans un cadre multilatéral. Ma responsabilité en tant que ministre de l’Europe et des affaires étrangères est de trouver une solution diplomatique... c’est-à-dire en travaillant avec nos partenaires arabes à un système collectif de sécurité pour les Israéliens et les Palestiniens.
Je ne peux vous laisser dire que nous n’avons rien fait. Nous avons été à la hauteur sur le volet humanitaire ; un bateau, le Dixmude, a été dépêché, plus de quatorze enfants ont été rapatriés dans nos hôpitaux.
Nous travaillons sur le volet politique et trouverons les voies et moyens d’une cohérence au niveau européen, pour rapprocher la position européenne de celles des pays arabes, l’Égypte et la Jordanie, notamment.
Je le dis sans outrance : nous sommes dans un moment qui demande rigueur, retenue et principes. Nous avons les trois.

Réponse de Pascal Savoldelli
Il est impardonnable d’attendre. Mettez vos stratégies électorales et vos ambitions politiques de côté.

Attendre, c’est attiser la division et la haine, c’est bloquer l’exécution du droit international. Assez de cette confusion assimilant la reconnaissance de l’État palestinien à la complaisance vis-à-vis des terroristes. Assez de cette confusion assimilant de manière déplorable la reconnaissance d’un État palestinien avec le poison de l’antisémitisme !
Le gouvernement d’extrême droite de Netanyahou n’est pas disposé à accepter l’existence d’un État palestinien ; il refuse même le cessez-le-feu. En cautionnant l’absence de deux États, vous portez une lourde responsabilité devant l’histoire.

Imprimer cet article

Sur le même sujet

International

Dernières vidéos

QAG - Pascal SAVOLDELLI - Situation Gaza, reconnaissance Etat palestinien - Groupe CRCE-K - 29-05-24 En savoir plus
Eric Bocquet - PPL encadrant intervention cabinets de conseils privés - Deuxième lecture - 28-05-24 En savoir plus

En direct

Une question ?