Questions au gouvernement

Question écrite au ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports

Maintien des formations au brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur en présentiel

Question écrite publiée au Journal Officiel le 13 mai 2021

Mme Michelle Gréaume appelle l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports sur la reprise des formations au brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur (BAFA) en présentiel.

Depuis le 30 octobre 2020, un décret fixait les conditions sanitaires permettant le déroulement des sessions de formation au BAFA et au brevet d’aptitude aux fonctions de directeur (BAFD).

De très nombreuses sessions de formation ont eu lieu depuis et aucun cluster n’est à déplorer. Or, un décret du 2 avril 2021 est venu remettre ces règles en question, demandant aux organismes d’organiser les sessions de formation des futurs animateurs à distance.

Cette annonce pose plusieurs problèmes : l’inégalité d’accès à la formation en raison de l’inégal accès aux outils numériques, l’absence de confrontation avec le collectif, le relationnel. En allant plus loin, il faut mesurer tout l’intérêt de la rencontre entre aspirants animateurs et formateurs chevronnés, quant à la détection des comportements inadéquats, impossible derrière un écran.

L’activité d’animation requiert des mises en situation pratiques, en collectif, car pour apprendre à animer, encadrer et gérer un groupe, il faut en comprendre le fonctionnement. C’est au cours de la formation que doivent se produire les « erreurs » et que les questions doivent être posées entre jeunes adultes, pour éviter qu’elles surviennent lors de l’encadrement d’enfants.

Enfin, se pose la question du recrutement futur de ces diplômés « à distance », sur lesquels les organisateurs de séjour affichent déjà des réserves, craignant des incidents, pour toutes les raisons exposées auparavant.

C’est la raison pour laquelle elle interroge le Gouvernement sur ses intentions quant à la reprise des formations au BAFA et BAFD en présentiel, dans le strict respect des préconisations sanitaires comme les organismes le font depuis presque six mois maintenant.

Imprimer cet article

A la Une

En direct

Une question ?