Questions au gouvernement

Question écrite au Garde des sceaux, ministre de la Justice

Pour la reconnaissance et la revalorisation du métier de greffier

M. Éric Bocquet attire l’attention de M. le garde des sceaux, ministre de la justice sur la reconnaissance et la revalorisation du métier de greffier.

Depuis juin 2023, les greffiers font part de leur colère face au manque de considération accordée à leur fonction. Le malaise est profond et le mouvement de protestation ne faiblit pas, bien au contraire.

Les greffiers font part de rémunérations insuffisantes (en fin de carrière, un greffier perçoit 2 400 à 2 500 euros) et de conditions de travail dégradées. Ils se sentent négligés par leur ministère de tutelle alors qu’ils sont un rouage essentiel au fonctionnement de l’institution, au cœur de tout et dont la justice ne saurait se passer.

Avec un volume de travail de plus en plus conséquent et des responsabilités de plus en plus lourdes, la pression est forte alors que, dans le même temps, le manque de moyens est préjudiciable pour le justiciable.
Ils relèvent le gant avec dévouement et conscience professionnelle, mais trop c’est trop !

Les pancartes brandies lors des manifestations récentes comme « face au mépris, la colère » ou « injustice dans la justice » sont là pour le rappeler.

Aujourd’hui, ils demandent avant tout de la reconnaissance en accédant à la catégorie A de la fonction publique et des effectifs supplémentaires. Or, les dernières annonces émises par le ministère sont très loin d’être suffisantes pour répondre aux demandes légitimes des greffiers.

C’est pourquoi il lui demande s’il entend créer les conditions d’un recrutement de greffiers à la hauteur des besoins et leur permettre à tous d’accéder à la catégorie A de la fonction publique.


Réponse de M. le garde des sceaux, ministre de la justice

Les États généraux de la justice ont confirmé que le rôle des greffiers des services judiciaires est essentiel pour le bon fonctionnement des juridictions et qu’un recrutement massif au cours des cinq prochaines années est indispensable, ce que va permettre la loi d’orientation et de programmation du ministère de la Justice 2023-2027 adoptée définitivement par les deux assemblées à une large majorité, malgré l’opposition de votre groupe politique à ces hausses de moyens inédits.

Au regard des forts enjeux de recrutements dans le cadre de ce quinquennal et de la clarification des missions des acteurs de l’équipe juridictionnelle au sein des juridictions, il est impératif de reconnaître l’investissement des greffiers au service de l’institution judiciaire, de les fidéliser et de leur offrir un parcours professionnel attractif, pour lesquels des attentes fortes ont été exprimées par les personnels lors de mobilisations au sein des juridictions.

Ainsi, le ministre de la Justice a annoncé le 4 septembre dernier aux chefs de cour une première prévision de répartition des nouveaux emplois créés d’ici 2027 au sein des 36 cours d’appel. Pour la cour d’appel de Douai, ce sont au moins 64 postes supplémentaires de greffiers qui seront créés, outre les remplacements habituels des départs en retraite, soit une augmentation d’au moins 11 % en cinq ans.

Par ailleurs, le ministre de la Justice a rappelé son attachement aux métiers du greffe et a annoncé des mesures de revalorisation indemnitaires qui sont actuellement mises en paiement depuis septembre
2023 par les cours d’appel portant à la fois sur l’indemnité mensuelle et le complément annuel servis aux agents, qui s’ajoutent aux revalorisations de l’année dernière.

Ainsi, par exemple, un greffier a pu voir, en moyenne, sur sa feuille de paie une hausse de sa rémunération de 160 euros nets par mois entre le 31 décembre 2021 et le 1er octobre 2023. Enfin, à l’issue de négociations particulièrement denses avec les quatre organisations syndicales, le ministre de la Justice a signé le 26 octobre 2023 un protocole d’accord majoritaire avec trois d’entre elles : l’UNSA-SJ, la CFDT INTERCO et FO Justice. Cet accord majoritaire, représentant plus de 75 % des agents des services judiciaires, prévoit une valorisation indiciaire des métiers de greffe en trois étapes, qui s’ajoute aux mesures indemnitaires actuellement mises en paiement, et qui intervient au bénéfice de l’ensemble des greffiers. Dans un premier temps, une nouvelle grille indiciaire des greffiers a été publiée au Journal officiel du 28 octobre 2023 (Décret n° 2023-996 du 27 octobre 2023).

Représentant une enveloppe de 11,8 millions d’euros, cette revalorisation consiste en un rehaussement des indices majorés de l’ensemble des échelons de la grille indiciaire. Rétroactive au 1er novembre 2023, elle sera effective sur la paie de décembre 2023.

Dans un deuxième temps, une réforme de la grille statutaire des greffiers permettra début 2024 une accélération du déroulé de carrière des greffiers.

Dans un troisième temps, un corps de débouché en catégorie A sera créé pour les greffiers, constitué dans un premier temps de 3200 greffiers sur trois années, soit près de 25 % du corps. Des voies transitoires d’accès sont prévues, au bénéfice notamment des actuels greffiers fonctionnels dont le statut d’emploi à vocation à disparaître, des greffiers principaux, mais aussi des greffiers du grade de base ayant acquis une certaine expérience. Ils pourront bénéficier de la catégorie A sans changer de juridiction. Débouché naturel des greffiers qui souhaitent demeurer sur des missions juridictionnelles et qui ont démontré des qualités d’expertise procédurale, il permettra, sans scinder le corps des greffiers, de valoriser leurs missions.

Par ailleurs, en cohérence avec l’objectif de valoriser les missions juridictionnelles, un plan de requalification des adjoints administratifs faisant fonction de greffiers est prévu, au bénéfice de 700 adjoints administratifs sur une période de trois années, sans mobilité.

Enfin, les attentes concernant l’équipe administrative des juridictions ne sont pas oubliées. Les négociations se poursuivront et seront inscrites à l’agenda social 2024, des discussions sur la filière administrative, le rôle, la valorisation et l’évolution des fonctions de directeurs des services de greffe.

Avec ces mesures indemnitaires, ce protocole d’accord s’inscrit dans la volonté indéfectible du garde des Sceaux de reconnaître l’engagement quotidien des personnels de greffe au service de l’institution judiciaire et de valoriser les greffiers.

Imprimer cet article

Sur le même sujet

Justice

Dernières vidéos

Feu! Chatterton - L' Affiche rouge (Clip) En savoir plus
QAG - Marie-Claude VARAILLAS - Question sur l'école publique - Groupe CRCE-K - 14-02-2024 En savoir plus

Une question ?